Une semaine dans les Lofoten : à quoi s'attendre ?

Pour tout savoir du meilleur et du pire des îles Lofoten.

Un budget qui fait mal

Sans surprise, une semaine aux îles Lofoten coûte plus cher qu’un mois en Thaïlande. Et les marges de manœuvre pour faire des économies sont assez faibles. Vous pouvez rogner sur les dépenses de nourriture en cuisinant vous-même ou sur le coût de l’hébergement en louant une chambre chez l’habitant, mais en aucun cas, je ne vous recommande de vous passer de la location de voiture, les bus étant aussi rares que les jours sans pluie là-bas. A moins que vous aimiez randonner au bord des routes et dans les tunnels sombres et humides, n’y pensez même pas.

Et c’est là que le bât blesse, car la location de voiture est hors de prix, atteignant souvent les 500 euros la semaine. Mais il y a pire et plus perfide : si comme moi vous avez prévu de rendre votre voiture dans une agence différente de celle où vous l’avez prise, lisez bien les petites lignes de votre contrat. En la prenant dans la ville de Bodø et en la rendant à Tromso, nous avons eu la mauvaise surprise de devoir régler près de 500 euros de frais d’abandon de véhicule ! A moins que vous parveniez à convaincre votre voiture de rentrer toute seule à l’écurie, je vous conseille de faire une boucle ou de trouver une agence qui ne vous dépouillera pas.

Tout mis bout à bout, voici ce qu’une semaine dans les Lofoten m’a coûté, et je trouve que je m’en suis plutôt bien tirée :

Quelle est la meilleure période pour partir ?

Concernant le climat, toutes les saisons sont intéressantes aux Lofoten. L’hiver doit être sublime mais l’été vous offre la plus grande plage horaire pour en profiter. Pour ma part, j’y suis allée à la mi-août, à cette époque le soleil se couche vers 23 heures et se lève à 3 heures du matin. Alors que la période estivale (mais aussi automnale, hivernale et printanière) est souvent réputée pluvieuse, j’ai eu la chance inouïe de n’avoir que du soleil pendant une semaine. Pas une goutte de pluie, ni un brin de vent durant mon séjour. Les sacrifices humains réalisés n’ont donc pas été vains.

A noter : Si vous envisagez d’y aller l’été, sachez que les hébergements sont pris d’assaut à cette période. Si vous ne voulez pas dormir sous de la mousse et des feuilles trempées, réservez bien en amont.

Un long périple pour y parvenir

Les îles Lofoten sont situées tout au Nord de la Norvège, au delà du cercle Arctique. Pour y parvenir depuis Paris, vous pouvez prendre un vol (compagnie SAS) en direction de Bodø, avec une escale à Oslo. Il est fort probable que cela vous prenne déjà la journée entière pour faire ce trajet, alors faites comme moi, réservez une nuit à Bodø et prenez le ferry le lendemain matin aux premières heures.

Infos :

Ferry Bodø-Moskenes : vous arriverez au sud des îles (traversée 3 h 15). Ce bateau transporte aussi votre véhicule (à louer à Bodø, pensez-y). Vous pouvez réserver en avance votre traversée sur ce site et regarder les horaires.

Mon itinéraire des Lofoten à Senja en une semaine

Si vous hésitez entre les Lofoten et l’île de Senja, sachez que vous pouvez faire les deux en une semaine. Pour cela, je vous suggère de passer trois nuits dans le village de Å (qui est à l’extrême Ouest des Lofoten) puis deux nuits sur l’île de Senja. Mais notez bien qu’il faut près de 7h30 en voiture pour relier ces deux points. Une nuit étape est indispensable au milieu si vous envisagez également cet itinéraire, comme ceci :

Dormir dans un rorbu typique

Si vous voulez pleinement vivre l’expérience des pêcheurs norvégiens (sans la houle, le mal de mer, l’alcoolisme et le scorbut), vous pouvez séjourner dans une cabane rouge typique appelée rorbu. Au XIXème siècle, la pêche à la morue représentait jusqu’à 80 % des exportations de la Norvège. A cette époque, les ports de pêche appartenaient à un propriétaire qui louaient les rorbus aux pêcheurs. Vous en trouverez partout aux Lofoten, en particulier dans le village de Å où je suis restée, qui se prononce OEEAAAA.

L’invasion russe

Les Lofoten sont la destination nature et calme par excellence. Il y a autant de chance qu’on vous réveille la nuit que Benzema soit sélectionné en équipe de France.

Pourtant, lors de notre première nuit sur l’île, alors que nous étions complètement exténuées de notre marche de la journée, nous nous sommes réveillées en sursaut en plein milieu de la nuit, surprises par le son de basses au volume maximum. A cet instant, je cherche à savoir d’où vient cette chanson de fête foraine, la première ville étant à 5 heures de route de là. C’est une musique de plus en plus forte (LA LA LA LAAAAA), elle raisonne dans toute la vallée (IT’S ALL OVER THE WOOOORLD), elle si proche (TU TU TU TU TUUUU). Nous comprenons rapidement que ce sont là nos nouveaux voisins Russes, qui viennent s’installer dans le Rorbu d’à côté, baptisé « Olav ».

A partir de là, une bataille s’engage contre l’Armée Rouge. Nous tentons dans un premier temps la diplomatie en frappant à leur porte en pyjama (LA LA LA LAAAA) et en leur demandant fermement de couper le son. Un homme, visiblement ivre, au visage pourpre et gonflé, me toise avec un sourire malsain. « Désolé, je ne vais pas baisser. Tu veux te joindre à nous ? » juge-il bon de me répondre. Non Popov, je ne vais pas me joindre à ta soirée « Invasion de la Crimée Electro Remix« , je veux seulement dormir et éradiquer ton peuple, rien de plus.

Il referme la porte avec dédain et retourne à sa fête. Ils célèbrent un enterrement de vie de garçon, dans leur petite cabane rouge (TU TU TU TUUU). Il n’y a vraiment que les Russes pour venir fêter un EVG au bord de l’Arctique en été alors que la Mer Noire regorge de boîtes de nuit de mauvais goût et de vodka au prix de l’eau.

Pendant que je cherche « comment faire un cocktail molotov maison » sur Google par respect pour leur culture, mon amie se jette à nouveau sur leur porte et leur hurle d’arrêter. « J’appelle les flics bande de **** de **** ! » lance-t-elle à travers la cloison. Cette fois-ci se sont des filles qui nous méprisent et nous envoient balader. Après avoir fait un tour à la réception, malheureusement fermée, nous décidons de passer un coup de fil aux policiers norvégiens. Personne ne les a appelés depuis l’histoire d’un mouton grassouillet coincé dans un puits en 1996. Une jeune policière un peu surprise nous répond alors et nous écoute avec compassion. On en rajoute un peu, on amplifie les insultes. Elle finira par nous avouer : « vous savez, notre commissariat est à 5 heures de route de là, nous ne pouvons pas venir. Fermez votre porte à clé. Rappelez-nous s’ils deviennent trop agressifs  » . Peu à peu le son diminue, l’alcool norvégien ayant réussi à terrasser doucement les Russes.

Le lendemain matin, à l’aube, la guerre est déclarée. On file en pyjama en direction de la réception. Les massacres de Staline, on n’a rien dit. Les grandes famines en Ukraine, on n’a rien dit. L’Eurovision, on n’a rien dit. La coupe mulet, on a rien dit. Mais là, ça va chier.

On se plante devant le gérant des rorbus et relatons les faits avec précisions. J’accentue évidemment les menaces de mort, les insultes et la peur pour nos vies que nous avons ressentie. « Olala, je suis sincèrement désolé pour vous » réplique-t-il affolé. « On pense que ce sont des Russes » ajoute mon amie pour enfoncer le clou. « Oh ben ça me paraît évident » réplique-t-il immédiatement. « Pour vous dédommager, puis-je vous donner un bon pour manger à notre restaurant d’une valeur de 90 euros ? » Inutile de dire qu’il n’avait pas encore fini sa phrase que j’acceptais déjà son offre nutritionnelle.

Cette histoire m’aura appris deux enseignements : je suis désormais russophobe et la nourriture gratuite norvégienne est excellente, la preuve : soupe de poisson crémeuse (divine) et pêche du jour grillée aux pommes de terre.

A part randonner, que faire aux Lofoten ?

1. Faire du surf dans l’endroit le plus au nord du monde

Personnellement, je n’aime pas être dans l’eau, encore moins dans l’eau froide et encore moins dans l’eau froide arctique. Mais pour ceux qui aiment le surf malgré tout, vous pouvez pratiquer dans l’un des spots les plus au Nord du Monde. Je vous recommande les services de Peter chez Lofoten Beach Camp qui peut vous proposer une heure de leçon ou une journée entière de surf sur la plage de Skagsanden.

Évidemment, moi je suis restée au sec sur le plage à papoter au téléphone, à descendre des bouteilles de vin en faisant semblant d’encourager mon amie sur sa planche à chaque fois qu’elle me faisait signe (en fait elle me montrait des dauphins mais j’ai rien vu).

2. Visiter la petite église de Flakstad

Située juste à côté de la place de Skagsanden, vous trouverez la jolie petite église en bois de Flakstad, ultra mignonne avec son petit jardin.

3. Visiter les plus beaux villages de pêcheurs

Hamnøy, le plus célèbre

Le nom que tout le monde à en tête quand on parle des Lofoten, c’est Reine, mais en réalité, celui que vous voyez sur toutes les photos, c’est Hamnøy. Pour faire la célèbre photo ci-dessous, il faut vous poster sur le pont en face.

Et comme évoqué plus haut, les Lofoten sont le pays de la morue. Vous en verrez partout sécher le long des routes. Inutile de dire que cela sent évidemment très fort la morue.

Å, le village le plus à l’ouest des Lofoten

Comme évoqué plus haut, le village de Å a absolument tout pour vous plaire, surtout si vous voulez progresser en russe.

4. Aller à la plage

Les plages aux eaux turquoises sont légions aux îles Lofoten. Voici les plus belles :

Yttersand beach

Point de départ de la randonnée vers le mont Ryten, la plage de Yttersand est d’une pureté cristalline avec une mer très peu profonde tout le long. Allez-y surtout en fin de journée pour profiter d’une lumière exceptionnelle.

Kvalvika Beach

Cette plage est un monument des îles Lofoten. Mais elle se mérite, n’étant accessible qu’en randonnant. Vous pouvez soit l’observer du haut du mont Ryten, avec son célèbre rocher surplombant, soit l’atteindre en poursuivant un peu la randonnée jusqu’à elle.

Rambergstranda beach

Voici une plage que j’ai profondément aimé car j’ai mangé mon sandwich ici. Ce sont donc des souvenirs inoubliables.

Haukland Beach

Sûrement ma plage préférée pour sa beauté, j’ai même mis les pieds de-dans, c’est dire. D’ailleurs, si vous voulez en profiter plus longtemps et dormir sur place, sachez qu’il y a un camping juste face à la mer.

S’arrêter régulièrement au bord de la route

Les Lofoten regorgent de petites églises, de cabanes colorées, de fleurs roses et orangées et de points de vue démentiels. Arrêtez-vous souvent, humez l’air, roulez-vous dans l’herbe et courez dans les champs.

Manger son poids en cinamon rolls

Si vous aimez la cannelle, vous ne pouvez pas passer à côté de la spécialité culinaire scandinave : les cinnamon rolls (roulés à la cannelle). La meilleure boulangerie se situe dans mon village favori de Å.